Informations

Fermer

Mon Issy

Accédez à votre espace personnalisé

S'inscrire - Se Connecter
To prevent automated spam submissions leave this field empty.

Votre parcours : Issy.comLa villeLa culture à IssyDans l'intimité de Picasso : interview de Laurent Le Bon

Dans l'intimité de Picasso : interview de Laurent Le Bon

Date de publication : 31-10-2017   |   Dernière mise à jour : 02-11-2017   |     |  

Dans le cadre des Entretiens d’Issy, Laurent Le Bon, président du Musée national Picasso-Paris, vous fait entrer dans la vie privée de l’artiste qui a révolutionné l’art contemporain.

Laurent Le Bon © Musée national Picasso-Paris  Béatrice Hatala Conservateur général du patrimoine, Laurent Le Bon a notamment dirigé le Centre Pompidou-Metz de 2008 à 2014 avant de devenir Président du Musée national Picasso-Paris.

 

Duchamp disait de l’art qu’il était « différent de l’émotion » : qu’en est-il de Picasso ?

Duchamp et Picasso sont deux figures emblématiques de l’art du XXe siècle que l’on a souvent opposées : Duchamp passe pour celui qui a mis à mort la peinture tandis que Picasso apparaît comme le peintre par excellence. De même on a souvent opposé le détachement de Duchamp, l’inventeur du ready-made, à la subjectivité de Picasso et à l’émotion qui se dégage de ses œuvres.

 

C’est la mort de son meilleur ami qui déclenche ses recherches sur le bleu : dans quelle mesure sa vie personnelle est-elle une clé de compréhension de son œuvre ?

La vie personnelle de Picasso est l’une des clés de compréhension de son œuvre, même si l’on ne peut pas l’y réduire. Chez lui, la vie et l’œuvre sont intimement liés, même indissociables. L’exposition Picasso 1932. Année érotique, présentée au Musée national Picasso-Paris jusqu’au 11 février 2018, qui retrace une année de la vie et de la création de l’artiste du 1er janvier au 31 décembre, illustre parfaitement cette idée. Ce projet s’inspire d’une déclaration de Picasso cette année-là selon laquelle « l’œuvre que l’on fait est une façon de tenir son journal ».

 

« Cette peinture […] est un instrument de guerre, offensif et défensif contre l’ennemi. », a-t-il dit de Guernica : on dit souvent qu’il a représenté les tourments de son époque : comment s’est-il engagé à travers l’art ?

Guernica est une œuvre emblématique de l’engagement politique de Picasso. Peinte en réaction au choc du bombardement de la ville basque de Gernika le 26 avril 1937, cette toile monumentale conservée au Museo Nacional Centro de Arte Reina Sofia de Madrid est devenue l’incarnation-même de l’idée d’engagement de l’artiste. C’est un symbole anti-franquiste, anti-fasciste et pacifiste. Une exposition sera consacrée à l’histoire de ce chef-d’œuvre au Musée national Picasso-Paris du 27 mars au 29 juillet 2018. Elle sera l’occasion de questionner l’engagement politique de Picasso notamment grâce à un ensemble exceptionnel d'études préparatoires et d’archives.

 

 

« Au fond, je suis un poète qui a mal tourné », disait-il : quelle place l’écriture avait-elle dans sa vie ?

Si Picasso fut proche d’hommes de lettres tels qu’Apollinaire, Eluard, Cocteau ou Michel Leiris tout au long de sa vie, l’écriture a aussi occupé une place importante dans son œuvre, depuis les compositions cubistes où figuraient des lettres et où étaient insérés des papiers journaux, jusqu’aux poèmes et aux pièces de théâtre dont il fut l’auteur. Entre le 9 janvier 1935 et avril 1936, Picasso abandonne la peinture pendant presque une année et se consacre à l’écriture de poèmes. Le caractère très visuel de sa graphie fait de ces manuscrits conservés au musée national Picasso-Paris des pièces exceptionnelles. Notre devoir est aussi de montrer ces œuvres moins connues des visiteurs ; une salle y était consacrée dans l’exposition ¡ Picasso ! qui célébrait en 2015 les trente ans du musée et la diversité de sa collection.

 

Dans quelle mesure ses premières années en tant qu’artiste ont-elles défini la suite de son œuvre ?

Il me semble que la force de Picasso est qu’il a toujours su se renouveler et remettre en question sa création. Les premières années de sa carrière d’artiste entre Barcelone et Paris au tournant des XIXe et XXe siècles ont été fondatrices. A propos de ces œuvres des périodes bleue et rose, Picasso avait déclaré à Brassaï des années plus tard que « c’est à l’abri de [son] succès [qu’il avait] pu faire ce [qu’il voulait] ». L’exposition intitulée Picasso. Bleu et rose que nous préparons avec le musée d’Orsay pour l’automne 2018 sera l’occasion, pour la première fois en France, de revenir sur ces années clé dans l’œuvre de l’artiste. 

 

Pablo Picasso, Guernica, DR.

Laurent Le Bon © Musée national Picasso-Paris  Béatrice Hatala

 

 

Entretien d'Issy, cycle "Dans l'intimité des Grands"

Jeudi 16 novembre à 20h

Hôtel de Ville d'Issy-les-Moulineaux - 62 rue du Général Leclerc

Réservez sur Clicrdv ou au 014 123 8000

Plus d'informations

  |     |   HAUT DE PAGE

Haut de page