Informations

Fermer

Mon Issy

Accédez à votre espace personnalisé

S'inscrire - Se Connecter
To prevent automated spam submissions leave this field empty.

Votre parcours : Issy.comLes grands rendez-vousLes Entretiens d'Issy et les conférences-débatsEdith Piaf ou l'hymne à l'amour : interview de Jean-Dominique Brierre

Edith Piaf ou l'hymne à l'amour : interview de Jean-Dominique Brierre

Date de publication : 02-01-2018   |   Dernière mise à jour : 04-06-2018   |     |  

Jean-Dominique Brierre, journaliste et historien, vous fait plonger dans les coulisses de la vie de la grande Edith Piaf, artiste incontournable qui continue à faire battre nos coeurs.

Journaliste et historien de la musique, Jean-Dominique Brierre a écrit plusieurs ouvrages sur les chansons folk et rock. Il est l'auteur de biographies de référence consacrées à Barbara, Piaf, Reggiani et Jean Ferrat.

 

Enfant, Edith Piaf suit son père dans sa vie d’artiste. Comment son enfance a-t-elle façonné la femme qu’elle est devenue ?
Jean-Dominique Brierre : Piaf va rester « sur la route » avec son père entre l’âge de sept et quatorze ans. Louis Gassion est acrobate. Il élève sa fille à la dure, n’hésitant pas à avoir recours au châtiment corporel. Au début la petite fille se contente de passer le chapeau.
Puis un jour son père lui demande de chanter une chanson. Elle n’en connaît qu’une : « La Marseillaise ». Cette expérience aura bien sûr beaucoup d’influence sur son métier.

 

 

Elle a joué dans de nombreux films : quelle place le cinéma a-t-il eu dans sa carrière ?

Jean-Dominique Brierre : Entre 1936 et 1958 Piaf aura tourné dans dix films, parfois avec de grands metteurs en scène : Sacha Guitry (« Si Versailles m’était conté »), Jean Renoir (« French Cancan»). Mais il s’agit le plus souvent d’apparitions, Piaf se contentant de chanter. Elle a eu aussi une expérience au théâtre, notamment dans « Le bel indifférent » de Jean Cocteau, qui était son ami. 

 

 

Elle connaît une vie affective mouvementée : dans quelle mesure ces malheurs ont-ils influencé sa vie d’artiste ?
J-D. B : L’amour fut la grande affaire de sa vie et a conditionné sa carrière. L’une de ses chansons a pour titre « Sans amour on n’est rien du tout ». C’était aussi un Pygmalion. Elle rencontrait un homme, en tombait amoureuse et en faisait un chanteur. Ainsi at-elle lancé la carrière d’Yves Montand, Georges Moustaki, Théo Sarapo, son dernier mari. En revanche, elle n’aura pas su discerner le talent de Charles Aznavour, qui fut son secrétaire.

 

 

Ses chansons les plus connues (« L’hymne à l’amour », « la Vie en rose ») sont-elles inspirées de sa vie privée ?
J-D. B : Marcel Cerdan fut le grand amour de sa vie. Elle ne se remettra jamais vraiment de sa disparition. La chanson « L’hymne à l’amour », écrite par elle du vivant du boxeur, lui était destinée. Le soir de la mort de Cerdan, elle l’a chantée au Versailles, un cabaret de New York, mais s’est évanouie avant la fin.

 

Entretien d'Issy, cycle "Dans l'intimité des Grands"

Jeudi 11 janvier à 20h

Hôtel de Ville d'Issy-les-Moulineaux - 62 rue du Général Leclerc

Réservez sur ClicRdv ou au 014 123 8000

Plus d'informations

 

  |     |   HAUT DE PAGE

Haut de page