Informations

Fermer

Mon Issy

Accédez à votre espace personnalisé

S'inscrire - Se Connecter
To prevent automated spam submissions leave this field empty.

Votre parcours : Issy.comLa villeL'environnementRecyclez vos déchets grâce à un lombricomposteur

Recyclez vos déchets grâce à un lombricomposteur

Date de publication : 22-05-2015   |   Dernière mise à jour : 08-12-2015   |     |  

Grand Paris Seine Ouest met gratuitement à disposition de quoi composter. Rencontre avec l’Isséenne Marguerite Genêt qui recycle chez elle ses déchets grâce à un lombricomposteur!

Quelle démarche vous a conduit à utiliser un lombricomposteur?

Marguerite Genêt : J’avais entendu parler du compostage, et de ce côté un peu « magique » de recycler ses déchets verts. Un jour, j’ai lu un article sur le lombricompostage en ville. J’ai fini par sauter le pas : j’ai commandé un bac de lombricompostage !

 

Comment fonctionne un lombricomposteur ?

M. G. : Très simplement ! C’est un bac avec plusieurs étages de tamis. Au début, on pose les vers sur un lit de terre, puis on les nourrit en commençant doucement pour qu’ils s’habituent à leur nouveau milieu et on ajoute des tamis au fur et à mesure du remplissage. Le bac du fond sert à récolter un liquide qu’on appelle le « thé de compost », un engrais naturel qui fait des merveilles sur les plantes.

 

L’Isséenne Marguerite Genêt recycle chez elle ses déchets grâce à un lombricomposteur installé sur son balcon

 

Où avez-vous installé le vôtre ?

M. G. : Je l’ai mis sur mon balcon, mais on peut le mettre en intérieur. La seule contrainte est de leur réserver un endroit abrité de la pluie et du plein soleil. L’hiver, les lombrics sont moins actifs. S’il gèle vraiment beaucoup, je couvre d’une vieille couverture, mais en Île-de- France, c’est très exceptionnel qu’il fasse très froid.

 

Quels déchets peut-on composter?

M. G. : On peut mettre toutes ses épluchures de fruits et de légumes, ses restes alimentaires (pas de viande ni de poisson), marc de café, sachets de thé ainsi que des coquilles d’œufs pour réguler l’acidité. Il faut éviter les agrumes, l’ail et l’oignon et les épluchures de pomme de terre. On doit respecter un équilibre entre matières azotées et carbonées. C’est pour cela qu’il faut ajouter du papier journal, du carton, des boîtes à œufs. Au début, on tâtonne un peu mais très vite, on trouve l’équilibre idéal et les lombrics se reproduisent au bout de quelques semaines.

 

Combien de vers sont nécessaires et quel poids de déchets réussissez-vous à composter ?

M. G. : L’idéal est de commencer avec 500 grammes de lombrics, ce qui suffit pour une famille de 4 personnes. Au bout de quelques semaines, ils mangent l’équivalent de leur poids et se reproduisent très vite. On peut absorber de 500 à 750 grammes de déchets quotidiens.

 

Grâce au lombricompostage, 500 à 750 grammes de déchets quotidiens peuvent être absorbés

 

Comment utilisez-vous le jus de compost ?

M. G. : C’est un engrais formidable et efficace pour les plantes. On le dilue dans une proportion de 1 pour 10. J’utilise aussi directement le compost obtenu : je le mélange à du sable pour amender la terre de mes jardinières et de mes rosiers.

 

Quel entretien requiert-il au quotidien ?

M. G. : Presque rien ! Il suffit de nourrir régulièrement les lombrics de ses déchets quotidiens et de surveiller l’équilibre. J’ai une petite cuvette sur mon évier que je vide tous les deux jours environ. L’avantage de ce système, c’est qu’il demande très peu de soin. On peut s’absenter sans problème plusieurs semaines, jusqu’à sept m’a-t-on dit. Il existe aussi une nourriture en poudre qu’on peut mettre sur le compost. Il faut faire attention à ne pas trop remplir le bac avant son départ car cela déséquilibrerait le lombricomposteur.

 

Grâce à votre expérience, quels conseils donneriez-vous à quelqu’un qui voudrait se lancer ? Que diriez-vous aux personnes réfractaires à l’idée d’avoir des vers chez eux ?

M. G. : Les gens sont souvent persuadés que cela sent mauvais mais au contraire, cela dégage un léger parfum de sous-bois plutôt agréable quand on habite en ville ! C’est très propre car ce vers sont des usines à traiter les bactéries. Enfin, cela prend très peu de temps et on n’a pas besoin de toucher les vers. C’est facile, propre, écologique et responsable et cela donne la sensation de participer au cycle de la vie. C’est tellement simple qu’on regrette de ne pas l’avoir fait plus tôt. »

 

Procurez-vous un lombricomposteur gratuitement !

Vous souhaitez vous procurer un lombricomposteur ? Depuis le 1er janvier 2015, la Communauté d’agglomération Grand Paris Seine Ouest met à votre disposition gratuitement du matériel de compostage (bac en bois ou en plastique de 400 ou 600 l et lombricomposteurs). Profitez-en pour vous lancer dans le compostage !

 

  |     |   HAUT DE PAGE

Haut de page