Informations

Fermer

Mon Issy

Accédez à votre espace personnalisé

S'inscrire - Se Connecter
To prevent automated spam submissions leave this field empty.

Votre parcours : Issy.comLa villeHistoire et patrimoineCimetière d’Issy et ses monuments

Cimetière d’Issy et ses monuments

Date de publication : 25-04-2006   |   Dernière mise à jour : 19-03-2013   |     |  

Au fil des allées tranquilles du cimetière communal (créé en 1864), les monuments ouvragés, tel celui érigé sur les plans d’Hector Guimard, côtoient les tombes de personnalités locales.

Le premier cimetière d’Issy était situé autour de l’église Saint-Etienne. Au 17e siècle sans doute, il est déplacé à l’angle des actuelles rues Jules Guesde et d’Alembert (où se trouve aujourd’hui le Centre des Impôts). Il y subsiste jusqu’en 1882. Mais il n’était prévu que pour 300 tombes et dès 1864 est inauguré un troisième cimetière (l’actuel), situé sur un terrain choisi bien loin du centre, au milieu des vignes. A son tour, celui s’avère régulièrement insuffisant et dès 1873, le Conseil municipal doit doubler sa superficie (ajout des actuelles divisions 3, 4, 7, 8). Par la suite, d’autres agrandissements surviennent, notamment en 1908 et en 1936, où sont créées les divisions 24 à 28.

 

Comme la plupart des cimetières, celui d’Issy-les-Moulineaux renferme plusieurs monuments d’un réel intérêt sur le plan artistique ou historique, à l’instar d’un obélisque dédié aux Gardes Nationaux victimes des Journées de Juin 1848, faisant figure de « précurseur » dans l’histoire des monuments aux morts. Une statue, dressée au croisement de deux allées centrales, ressort tout particulièrement : La Veuve, une œuvre de jeunesse (1907) de Pierre Albert-Birot, plus tard proche du surréalisme. Différents monuments funéraires méritent également l’attention par le soin apporté à leur réalisation, et notamment celui de la famille Obry-Jassedé érigé en 1895 sur les plans d’Hector Guimard, un des principaux représentants de l’Art Nouveau en France. Enfin, parmi les tombes de personnalités figurent, outre celles des maires et des bienfaiteurs communaux et notamment d’Auguste Gervais (1857 - 1917), celle de Paul Cruet, proche collaborateur entre 1908 et 1917 du sculpteur Auguste Rodin.

  |     |   HAUT DE PAGE

Haut de page