Informations

Fermer

Mon Issy

Accédez à votre espace personnalisé

S'inscrire - Se Connecter
To prevent automated spam submissions leave this field empty.

Votre parcours : Issy.comLa villeHistoire et patrimoineParc municipal Henri Barbusse

Parc municipal Henri Barbusse

Date de publication : 22-11-2010   |   Dernière mise à jour : 14-03-2013   |     |  

Le parc municipal Henri Barbusse, créé en 1936, compte parmi les derniers vestiges de l’ancien domaine des princes de Bourbon-Conti à Issy.

Le parc municipal Henri Barbusse témoigne modestement de l’immense propriété constituée au cours du 17e siècle à l’ouest de l’actuelle rue Auguste Gervais et passée aux mains des Princes de Conti de 1699 à 1777.
Morcelé à la fin du 19e siècle, il n’en reste plus que 4 hectares au début des années 1930, en possession du Département. Le 27 janvier 1936, le Conseil municipal décide d’y créer un parc communal, qu’il baptise le 5 juin suivant du nom d’Henri Barbusse (1873 – 1935), auteur d’un récit célèbre sur la Première Guerre mondiale, Le Feu (1916, prix Goncourt).

Le parc lui-même est inauguré le 5 juillet de la même année. Le terrain, à la forme étroite, très allongée et à la dénivellation très accentuée, nécessite des aménagements préalables pour lesquels il est fait appel à l’architecte-paysagiste Bessas et à l’architecte Marcel Chappey, second Grand Prix de Rome, également auteur en 1932 du théâtre municipal (actuel PACI).

Ce dernier, prenant en compte les contraintes physiques du lieu, ouvre l’entrée principale en hauteur dans la rue de l’Égalité. Elle se prolonge par un vaste balcon en forme de terrasse panoramique, flanquée de deux volées d’escalier à larges marches en ciment armé, témoignant d’un sens étonnant de la modernité.

Dès 1938, plusieurs grandes sculptures, en marbre le plus souvent, sont installées sur les pelouses : ainsi se succèdent, d’est en ouest, Praxitèle ou Le penseur (d’Auguste Carli), Aphrodite (d’Ernest-Charles Diosi), Apollon secourant Hyacinthe (de Julien Menant), L’étreinte (de Michel Béguine), Pastorale (de Félix Desruelles) et enfin une Allégorie (de François Mourgues). Au centre du parc se dresse un kiosque à musique, provenant du square de la mairie où il avait été inauguré en 1925.
 

  |     |   HAUT DE PAGE

Haut de page