Informations

Fermer

Mon Issy

Accédez à votre espace personnalisé

S'inscrire - Se Connecter
To prevent automated spam submissions leave this field empty.

Votre parcours : Issy.comLa villeLes sports à IssyMaxime Pauty : « Le club d’Issy a été fondamental dans la construction de l’individu que je suis »

Maxime Pauty : « Le club d’Issy a été fondamental dans la construction de l’individu que je suis »

Date de publication : 16-07-2018   |   Dernière mise à jour : 16-08-2018   |     |  

À 24 ans, l’escrimeur a remporté sa première victoire en Coupe du Monde, le 5 mai dernier à Saint-Pétersbourg. Rencontre.

Racontez-nous votre histoire. Comment avez-vous découvert votre passion pour l’escrime ?
J’ai débuté l’escrime à 5 ans au club d’Issy-les-Moulineaux. J’ai souhaité faire de l’escrime car à cet âge je rêvais de devenir Zorro ou d’Artagnan grâce à l’influence télévisuelle de mes parents.

 

Quels sont vos liens avec Issy ?
J’entretiens avec la ville des liens forts et singuliers. C’est là que j’ai grandi, que j’y ai fait toute ma scolarité, et bien sûr, il s’agit de mon club d’escrime depuis le début et je l’espère pour toujours. J’adore cette ville.

 

Quel rôle a joué le club d’Issy dans votre réussite ?
Le club d’Issy a été fondamental dans la construction de l’individu que je suis. J’y ai découvert une passion mais surtout une deuxième famille. Ce club a été pour moi un refuge durant ma jeunesse. Je suis resté très proche des gens qui y sont inscrits, et je suis toujours en contact avec mes premiers et anciens coéquipiers qui ont pour la plupart arrêté l’escrime.

 

Pouvez-vous revenir sur votre victoire de la Coupe du Monde ? Quels ont été, selon vous, les facteurs clés de votre réussite ?
Ma victoire lors de la Coupe du monde de Saint-Pétersbourg était une expérience incroyable. Cela faisait deux ans depuis ma nonsélection aux Jeux Olympiques de Rio que j’étais au plus bas. J’avais sombré sur le plan de la compétition. J’ai eu une vraie remise en question en janvier dernier. L’élément déclencheur fut une énième défaite en Coupe du Monde mais cette fois-ci à Paris devant mes proches. Je me suis fait quelques promesses et me suis juré de tout donner pour atteindre mes objectifs. J’ai donc énormément travaillé pendant plusieurs mois. Je me suis promis de garder la même ligne de conduite dans la victoire comme la défaite et ça a payé à Saint-Pétersbourg. Je n’avais jamais fait de podium en Coupe du Monde, j’étais redescendu à la 92e place mondiale et je me suis retrouvé sur le toit du monde en une compétition. C’était un sentiment incroyable. J’étais surtout très ému pour mes parents et mes amis qui m’ont vu galérer et souffrir durant les deux dernières années. Pouvoir les rendre heureux avec cette victoire, c’était encore mieux qu’une médaille ou des points au classement mondial.

 

Quels sont vos prochains objectifs en termes de compétition ?
Je vais participer le 16 et 19 juin aux Championnats d’Europe en Serbie, puis aux Championnats du monde en Chine du 20 au 27 juillet. J’y vais avec de belles ambitions mais j’essaye toujours de garder en moi mon esprit d’enfant. Je rêvais de devenir Zorro et au fond quand je rentre sur la piste c’est ce sentiment enfantin et joueur que j’essaye de garder.

  |     |   HAUT DE PAGE

Haut de page