Informations

Fermer

Mon Issy

Accédez à votre espace personnalisé

S'inscrire - Se Connecter
To prevent automated spam submissions leave this field empty.

Votre parcours : Issy.comLa villeLa culture à IssyRegards croisés : deux visions du parc de l’île Saint-Germain

Regards croisés : deux visions du parc de l’île Saint-Germain

Date de publication : 06-06-2018   |   Dernière mise à jour : 12-07-2018   |     |  

Une exposition de Nicolas Davy, photographe, et Charles Bouis, peintre.

Ces deux artistes ont mis leur art au service de la vie sauvage exceptionnelle qui foisonne au pas de nos portes. Mante religieuse, libellule, passereau : les petits habitants des lieux ont d’abord été capturés par l’oeil de Nicolas, photographe ; le cliché a ensuite été réinterprété par Charles directement sur sa toile, pour un résultat aux frontières de l’abstraction.

 

Point d’Appui : Comment est né ce projet ?

Charles Bouis : Nous sommes avant tout deux amis de 30 ans, passionnés d'arts graphiques. Peignant depuis une quinzaine d'années, j’ai été particulièrement touché par l'évolution du travail de Nicolas Davy qui l’a amené à ne plus traiter uniquement du sujet photographié mais
à composer de façon plus globale ses oeuvres. Ces jeux de contrastes, de flous, de traitements des couleurs m’ont fait écho et je lui ai alors proposé d'interpréter, à ma façon, ses photographies en peinture.

Nicolas Davy : Je pratique la photo nature depuis de nombreuses années. Lorsque j’ai débuté dans cette discipline, je me suis mis à la recherche de lieux préservés autour de chez moi. L’île Saint-Germain s’est naturellement imposée et j’ai pu découvrir sa faune et sa flore préservées par un gros travail d’éco-gestion.

 

P.d’A. : Vos oeuvres, Charles Bouis, entrent en résonance avec vos photos, Nicolas Davy. Comment avez-vous travaillé ?

C. B. : Il y a eu une réelle évolution au cours de la réalisation de ce projet, et cela peut d'ailleurs s'observer au travers des différentes oeuvres présentées. Les photos s’éloignant, à mon sens, progressivement des sujets traités, les oeuvres picturales se sont parallèlement
« abstraitisées ». Concernant la technique, j'utilise principalement l'acrylique et différents matériels (rouleaux, « patte de lapin », scotch, papier bulle, etc.).

N. D. : Le choix des photos adaptées en peinture s’effectue de façon naturelle en discutant tous les deux des images potentiellement intéressantes. Avec le temps, le choix s’est affiné pour se concentrer sur des images plus épurées.

 

P.d’A. : Pourquoi avoir choisi le thème de la vie sauvage ?

C. B. : Nous arpentons l’île-Saint-Germain depuis nos premiers pas et ce parc constitue pour nous un îlot naturel exceptionnel dans la petite ceinture parisienne. Toutes les photographies de l'exposition ont été prises dans l’enceinte du parc afin de souligner son importance dans
notre démarche. Nous souhaitions avant tout rendre hommage à ce lieu mais également sensibiliser le public à la diversité de la faune et de la flore qu'il contient. Je pense qu'une approche artistique du monde animal peut toucher tout un chacun et permettre d'avoir un
regard toujours plus respectueux sur nos petits voisins.

N. D. : Il nous semble important d’attaquer ce travail sous un angle plus original qu’une simple succession d’images du parc. En nous concentrant sur les vrais habitants du parc, nous espérons que les gens se rendront compte que ce lieu a une cohérence globale.

 

P.d’A. : Quels aspects particuliers de la nature avez-vous voulu mettre en valeur ?

C. B. : Nous avons souhaité présenter un ensemble harmonieux et accessible à tous, plutôt qu’une exposition plus naturaliste mais parfois trop pointue. L'idée étant simplement de témoigner de la beauté de la nature, à petite et à plus grande échelle.

N. D. : Le travail réalisé par les équipes de gestion du parc est exceptionnel, cependant il ne faut pas perdre de vue que cette exposition s’adresse au grand public. Les critères esthétiques ont donc été les plus prioritaires dans notre démarche, bien que les espèces
présentées restent intéressantes d’un point de vue naturaliste.

 

Exposition jusqu'au samedi 28 juillet
Médiathèque des Chartreux
2, rue du Clos-Munier / 249, quai de la Bataille de
Stalingrad
Infos : www.issy.com/contact
Web : issy.com

 

 

  |     |   HAUT DE PAGE

Haut de page