Informations

Fermer

Mon Issy

Accédez à votre espace personnalisé

S'inscrire - Se Connecter
To prevent automated spam submissions leave this field empty.

Votre parcours : Issy.comLes grands rendez-vousMétamorphoses : Issy se [ré]inventeWiny Maas : l’architecture comme « un espace humain »

Winy Maas : l’architecture comme « un espace humain »

Date de publication : 28-12-2018   |   Dernière mise à jour : 28-12-2018   |     |  

La Serre, véritable oasis urbaine, compte parmi les projets d’envergure du quartier Léon Blum. Winy Maas, l’architecte qui l’a imaginé, nous en dit un peu plus.

L’architecture de La Serre repose en effet sur un concept de village vertical avec une diversité végétale et des jardins partagés en toiture notamment. Différentes coursives et circulations forment la trame viaire de cet ensemble où de nombreux espaces partagés favorisent les échanges entre les résidents. Elle intègre, enfin, une serre semi-ouverte représentant 8 m² d’espaces verts par habitant.

 

Quel est l'objectif de ce projet ?

Winy Maas : Le but est de créer un environnement vertical, aussi bien humain, intime, très vert, avec beaucoup de confort. On pourrait comparer cela à une grande étagère, où vous mettez ce que vous voulez à chaque étage : des ascenseurs, des maisons, qui entrent et qui sortent de cette étagère, quelque chose qui entoure une sorte d’espace central. Nous avons imaginé que ce groupe de gens qui allaient y habiter allaient vraiment vivre ensemble et développer une sorte de communauté pour collaborer, vivre ensemble, travailler dans les jardins, à l’intérieur de La Serre, d’une façon très contemporaine.

 

On parle souvent, pour décrire ce projet, d’une oasis urbaine. L’idée est de ramener la campagne à l’intérieur de la ville ?
Winy Maas : Oui, c’est une campagne verticale. […] On crée un bâtiment central et on l’entourebcomplètement de serre, avec beaucoup debprofondeur, 10 mètres de haut, un intérieurbrempli de terrasses, d’escaliers, de jardinsbcollectifs, de jardins privés, de petites granges
avec des mini-magasins intégrés. Ça devient une sorte d’enveloppe verticale de ces jardins collectifs, de cet environnement très vert. Il pourrait y avoir des vignobles, beaucoup d’arbres, des framboises… […] Ce bâtiment est vraiment un espace humain, avec des logements très confortables et d’autres très accessibles, une forme de mixité sociale au même étage, sur le même palier, dans les mêmes escaliers.

 

Pour vous, elle ressemble à quoi la ville de demain ?
Winy Maas : La ville de demain doit répondre aux désirs actuels, et il y en tellement ! Bien sûr, elle doit être verte, mais pas seulement. Bien sûr, elle doit produire de l’énergie plutôt que de la consommer. Bien sûr, elle doit produire de l’oxygène avant de le consommer, tout en évitant au maximum les pertes d’énergie. Bien sûr, elle doit être complètement libre et donner à tous l’opportunité de faire ce qu’ils souhaitent mais toujours sans faire de mal à son voisin. C’est l’un des enjeux principaux. Elle doit être très accessible, avec tout ce qu’il faut à dix minutes de chez vous. Et une accessibilité vraiment pour tous. Elle doit travailler avec la diversité, et même être un facteur de diversité pour ouvrir tous les potentiels au maximum. Et forcément elle doit être très belle, remarquable.

  |     |   HAUT DE PAGE

Haut de page