Informations

Fermer

Mon Issy

Accédez à votre espace personnalisé

S'inscrire - Se Connecter
To prevent automated spam submissions leave this field empty.

Votre parcours : Issy.comLa Vie quotidienneParent / FamilleMédiation familiale dans les séparations, divorces ou ruptures familiales

Médiation familiale dans les séparations, divorces ou ruptures familiales

Date de publication : 01-09-2012   |   Dernière mise à jour : 29-08-2017   |     |  

Les entretiens d'information puis les séances de médiation familiale se déroulent avec Marie-Caroline SANSON, médiatrice familiale diplômée d'Etat.

PRESENTATION GENERALE DE LA MEDIATION FAMILIALE A L'ESPACE PARENT-ENFANT :

 

A) DANS LES SITUATIONS DE DIVORCE, DE SEPARATION OU DE RUPTURE FAMILIALE,

la médiation familiale permet aux personnes en présence d'une médiatrice familiale indépendante, impartiale et tenue à la confidentialité, de réfléchir ensemble, malgré les difficultés, à une organisation future ou nouvelle. Ainsi, cela permet d'aborder pas à pas : ce qui fait, peut ou pourrait faire conflit ; les besoins particuliers de chacun, parents et enfant(s) ; les conditions d’un dialogue parental minimum nécessaire au bien-être des enfants ; l'élaboration de solutions “sur mesure” les plus satisfaisantes pour tous.

 

Les enfants ne sont pas présents lors des entretiens.

 

A quel moment s'informer sur la médiation familiale ? De manière spontantée indépendamment de toute procédure judiciaire, et à tout moment dès qu'une décision de séparation ou divorce est prise par l'un ou/et l'autre des parents ; que l'évolution de la situation personnelle, professionnelle, familiale... de l'un ou/et l'autre des parents a des conséquences sur les décisions initiales ; que des changements interviennent dans la vie des enfants communs ; que des décisions importantes doivent être prises les concernant... Et aussi, dès lors qu'une requête a été déposée au Tribunal de Grande Instance et qu'un rendez-vous d'"information sur la médiation familiale" a été proposé par le Juge aux Affaires Familiales.

 

Les sujets les plus souvent abordés par les parents en médiation familiale (et non exhaustifs...) : l’accueil et l’hébergement des enfants chez chacun d’eux ; le calcul de la contribution financière à son entretien et à son éducation ; les modes de communication ; les valeurs à transmettre, les règles de vie, d’éducation ; la santé ; la religion ; les loisirs/les vacances ; les relations avec les grands-parents ; le rôle et la place d’éventuels nouveaux conjoints...

 

MODALITES PRATIQUES :

Un premier rendez-vous d'information, sans engagement, seul ou à deux, est proposé pour : s’informer sur ce qu’est une médiation familiale et son déroulement ; réfléchir aux questions à aborder avec l’autre parent. Le cas échéant, réfléchir ensemble à “comment donner envie à l’autre parent de venir faire une médiation”.

 

Ensuite des rencontres régulières appelées "séances de médiation familiale" sont organisées sur des créneaux de deux heures. La durée moyenne d'une médiation familiale est de 3 à 5 séances. A l'issue des séances, un protocole d'accord peut être rédigé par les parents qu'ils présenteront, s'ils le souhaitent, au Juge aux Affaires Familiales en vue de son homologation.

 

Les entretiens d'information sont gratuits. Les séances de médiation familiale sont payantes en fonction d'un barème défini par la Caisse d'Allocations Familiales (C.A.F.) variable selon les revenus de chacune des personnes : voir document joint en haut de page à droite.

 

B) DANS LES SITUATIONS DE CONFLIT ENTRE PARENTS ET ADOLESCENTS (nouveau !),

lorsque l'un des parents (ou les deux) rencontre des difficultés de communication avec son adolescent et qu'il souhaite reprendre un dialogue dans un cadre plus apaisé, tout en préservant sa place de parent.

 

MODALITES PRATIQUES :

Un dispositif en quatre temps : un entretien d'information avec les parents, séparément ou ensemble; un entretien d'information avec l'adolescent; un ou deux entretiens en présence de l'un ou les deux parents et l'adolescent; un entretien avec le ou les parents. Les séances sont gratuites.

 

******

 

RENSEIGNEMENTS ET PRISES DE RENDEZ-VOUS POUR LES ENTRETIENS ET LES SEANCES (A et B) :

- Par téléphone auprès de l'accueil de l'Espace Parent-Enfant ouvert du lundi au vendredi de 14h à 17h au 01 41 23 92 20. En dehors de ces horaires, vous pouvez laisser un message sur le répondeur en indiquant votre nom, votre n° de téléphone et votre souhait de RV en médiation familiale. Vous serez rappelé(e) au plus tôt. Possibilité d'envoyer un mail pour une demande de rendez-vous : espaceparent-enfant@ville-issy.fr en précisant votre adresse mail et votre numéro de téléphone.

- Les rendez-vous en médiation familiale sont proposés : les mardis de 9h à 20h, les jeudis de 9h à 16h et deux samedis par mois de 9h à 12h. Ils se tiennent à l'Espace Parent-Enfant, 60 rue du Général Leclerc à Issy-les-Moulineaux (au sein de l'Espace Andrée Chedid).

 

 

INFORMATION COMPLEMENTAIRE :

Attention, la médiation familiale n'est pas un espace d'information sur ses droits. Aussi,pour les parents qui souhaiteraient s'informer sur des questions portant sur le Droit de la famille, les différents types de divorces, l'autorité parentale et la co-parentalité... une permanence juridique est assurée, dans le cadre du Pôle associatif de l'Espace Andrée Chedid, par une juriste du Centre d'Information des Droits des Femmes et de la Famille les jeudis matins sur rendez-vous pris au préalable à l'Espace Andrée Chedid au 01 41 23 82 82. Se reporter à : http://www.issy.com/vie-quotidienne/droit-de-la-famille--informations-ju...

 

******

 

INTERVIEW : Marie-Caroline SANSON, médiatrice familiale.

 

P.A. : Que peut la médiation familiale pour des parents qui se séparent et pensent « nous, on s’entend bien alors nous ne sommes pas concernés par la médiation familiale.» ?

M.C.S. Tous les parents qui se séparent ont un lien qui persiste au-delà de leur séparation conjugale à travers leurs enfants communs. Aussi tous peuvent trouver un intérêt à la médiation familiale bien au-delà des arrangements portant sur de seules questions financières ou sur des biens. La médiation  familiale permet d’aider à  clarifier et à formaliser leur nouvelle organisation de vie. Lorsque des parents se séparent en bons termes, ils peuvent penser être « d’accord sur tout » : la séparation, les enfants... Or il arrive souvent que des sujets de la vie quotidienne, non abordés, puissent être sources de difficultés ultérieures.

 

P.A. Pouvez-vous nous donner quelques exemples ?

M.C.S. Quelques uns très courants : "les enfants auront-ils ou non un téléphone portable ? Comment et quand s’en serviront-ils ?" Ou "comment prendrons-nous une décision si l’un des parents souhaite que l’enfant s’inscrive à une activité particulière et l’autre parent à un loisir différent ? " Ou "comment pourront se répartir les vacances scolaires ou les fêtes de Noël ?" ou "quelle place concrète peut avoir un beau-parent dans la vie quotidienne d’un enfant ?"…

Et si l’on ne peut pas tout prévoir en médiation familiale, son cadre permet véritablement de rechercher ensemble, entre parents, des solutions « sur-mesure », c’est-à-dire spécifiquement adaptées aux besoins de chacun, parents et enfants.

 

P.A. Quel est alors le rôle de la médiatrice familiale ?

M.C.S. La médiatrice familiale permet aux parents, en prenant le temps dans un cadre bienveillant et contenant, de rechercher ensemble des solutions acceptables par tous. Ils peuvent permettre de sortir du traditionnel « un week-end sur deux » par exemple. Cela s’avère particulièrement intéressant lorsque des parents ont des horaires décalés, font des déplacements professionnels, envisagent un déménagement etc… La médiatrice familiale encadre l’entretien, rassure et accompagne les parents. Elle permet aux personnes de se parler directement sans intermédiaires. Elle permet aussi d’éviter que les tensions ou les émotions éventuelles ne prennent le pas sur les discussions. Elle peut « traduire » si besoin les paroles de l’un à l’autre.

 

P.A. : Que répondre à un parent persuadé que l’autre ne viendra pas ?

M.C.S. Le 1er rendez-vous d’information se fait soit seul(e) soit à deux. Il arrive en effet qu’un parent soit convaincu que l’autre ne viendra pas, avis bien souvent appuyé sur les conflits rencontrés initialement dans le couple conjugal. Toutefois régulièrement les médiateurs familiaux constatent que « l’autre » n’est pas forcément fermé à toute discussion puisque le moteur est l’intérêt des enfants sur lequel chacun des parents a désormais à se projeter. En médiation familiale, chacun parle pour soi et va sortir du « penser pour l’autre ». L’intérêt de la médiation familiale vient de ce que chaque parent s’approprie ou se réapproprie, dans le respect de la Loi, les décisions découlant de leur séparation.

 

P.A. Faut-il attendre une convocation du Juge aux Affaires Familiales pour entreprendre une médiation familiale ?

M.C.S. Le juge aux affaires familiales est saisi dans le cadre des divorces, et peut l’être aussi, sans que cela soit obligatoire, par des parents non mariés. La démarche de médiation familiale est indépendante du processus judiciaire. Elle peut donc l’accompagner mais aussi se faire sans qu’une procédure judiciaire ne soit engagée. Les personnes s’appuient sur cette démarche consensuelle pour faciliter le dialogue et trouver des accords. Elles peuvent bien sûr, et dans certaines situations c’est même une nécessité, s’assurer auprès de professionnels (avocats, notaires, juristes…) que leurs intentions soient réalisables juridiquement. La médiation familiale permet alors de travailler sur des accords entre les parents qui peuvent être oraux ou écrits ou en vue d’une demande d’officialisation auprès d’un Juge aux Affaires Familiales (protocoles). 

 

P.A. Quelle place la médiation familiale peut-elle avoir dans un divorce par consentement mutuel ,

M.C.S. Dans le cadre de la nouvelle procédure de divorce par consentement mutuel, le divorce n'est plus prononcé par le juge, mais est enregistré par le notaire : une convention de divorce rédigée par les deux avocats des parties (chaque personne a l'obligation d'avoir son propre avocat), signée par eux, et déposée chez un notaire pour enregistrement.

 

La médiation familiale, comme dans les autres situations, peut permettre aux personnes de réfléchir ensemble, en amont, aux décisions qu'elles doivent prendre, qu'elles relèvent ou non de la convention de divorce. En recherchant les besoins de chacun, en écoutant et en cherchant à comprendre les points de vue des personnes, en réfléchissant et en imaginant différentes solutions, la médiation familiale peut permettre d'améliorer la communication présente et à venir, et de préparer des accords acceptables et acceptés par tous qui leur permettent de s'inscrire dans la durée. Ceci sachant que tout changement de situation (personnelle, professionnelle, familiale...) peut faire l'objet d'un nouvel accord préparé en médiation familiale.

 

 

 

 

 

 

  |     |   HAUT DE PAGE

Haut de page